Le directeur général adjoint d’Air Algérie Cargo pour le fret, Alili Elias, a confirmé que cette branche poursuivra ses activités depuis le début de la diffusion du «Covid-19» en transportant plus de 80 tonnes de marchandises par jour.

Dans un communiqué à la presse en marge de l’ouverture des portes ouvertes aux exportations qui se poursuivront jusqu’au 25 mars au siège de l’Agence nationale pour la promotion du commerce extérieur (ALGEX), a déclaré le directeur général adjoint d’Air Algérie Cargo, “Nous avons maintenu toutes nos activités pendant la période Covid-19 pour transporter des marchandises vers et depuis l’étranger. Malgré l’état de santé difficile.”

Selon le même responsable, la filiale de la compagnie nationale a programmé 6 à 8 vols par jour pour le transport de marchandises à l’étranger et l’importation d’autres produits, qui sont principalement des produits pharmaceutiques, des médicaments et des produits de stérilisation et d’hygiène.

Dans ce contexte, des avions d’une capacité de 5 à 20 tonnes ont été exploités pour répondre aux besoins des exportateurs et importateurs.

Concernant les prix, Ali a déclaré que la compagnie nationale n’avait appliqué aucune augmentation de prix malgré la situation financière dont la compagnie a connaissance.

En ce qui concerne les avions cargo mixtes qui transportent des marchandises et des passagers en même temps, le même fonctionnaire a confirmé qu’ils reprendraient leurs activités après la réouverture des vols internationaux, indiquant que les avions sont prêts en attendant la publication de la décision d’ouverture par les autorités supérieures. .

Et sa filiale cargo a maintenu des mesures préventives contre l’épidémie de Corona conformément aux normes de santé et de prévention imposées au niveau international.

S’agissant de la situation interne de l’entreprise, un responsable de la même entreprise a confirmé dans des déclarations précédentes que l’amélioration de la trésorerie de l’entreprise, de sorte que cette dernière avait un développement de 20 milliards de dinars algériens en 2017, à transférer à 71 milliards de dinars algériens en 2020, ce qui permet de faire face à la crise et d’éviter les licenciements avec asile.

En ce qui concerne la question des retards, le porte-parole a confirmé que la société était en mesure de corriger la situation, la société publique ayant désormais atteint 72% de l’engagement sur les horaires de vol.

Et la compagnie aérienne algérienne a subi des pertes estimées à 40 milliards de dinars (315 millions de dollars) et ce depuis le début de la pandémie et ce après que l’Algérie a fermé ses zones aériennes et maritimes en plus des frontières terrestres, dans le cadre des mesures gouvernementales de lutte la propagation du nouveau virus Corona.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *